Deuxième weekend : Bandung

Salut les petits potes ! Ici Julien, et aujourd'hui je vais vous parler de notre super virée de ce weekend à Bandung, une ville un peu plus à l'est sur l'île de Java.

Cette ville nous a très vite attirés grâce à son cadre : au milieu des volcans et des champs de thé, elle était parfaite pour satisfaire nos petites envies de randonnées sauvages, après 2 semaines passées dans le dédale urbain de Jakarta.

Nous sommes donc partis le vendredi soir en "big cab", des genres de mini bus inter-urbains. Il y avait deux groupes : le premier, constitué de Bastien, Eve-line, Nicolas et Adrien est arrivé en début de soirée sans encombre. Le second, dont j'ai fait parti, avec Mathieu Diane-Charlotte et Rohan est parti un peu plus tard, et le voyage ne fut pas de tout repos ...

Nous avons ainsi pu profiter du relief des routes Indonésiennes, qui, en l'absence de bons amortisseurs, pourra transformer tous vos voyages en super tour de manège permanents (spoiler : c'est assez vite barbant). Finalement on s'y fait, mais au moment où nous avions commencé à nous habituer aux secousses, et que j'en profitais pour piquer du nez, le pneu arrière gauche éclata.

On se retrouve alors de nuit sur le bord de l'autoroute, à devoir changer la roue, sans bande d'arrêt d'urgence ni barrière de sécurité. Heureusement, le chauffeur avait un triangle de signalisation, qu'il était tout fier d'avoir disposé 3 mètres derrière le mini bus ! Une fois la réparation effectuée, et les frayeurs passées, nous avons repris la route.

Nous sommes arrivés sur les coups de minuit, et après un passage éclair au bar, où grâce à une promotion nous avons pu nous faire offrir un tshirt à l'effigie de la bière locale (la Bintang pour les connaisseurs) nous sommes allés profiter d'une bonne nuit de sommeil.

Le lendemain matin nous sommes allés visiter la Rainbow Waterfall, une chute d'eau d'environ 200 mètres qui se jette dans une vallée verdoyante. Nous y sommes allés très tôt pour profiter de la lumière exceptionnelle du lieu, et avons pu y rencontrer des petits singes qui vivaient dans les environs. C'était le cadre parfait pour prendre des photos, barboter dans l'eau et se poser au milieu du tapis de verdure pour méditer quelques instants.

Si descendre était facile, la remontée fut plus dure, mais savoir que nous allions manger était une motivation suffisante pour grimper les marches taillées dans la pierre, malgré la chaleur et l'humidité ambiante. Nous nous sommes donc ensuite rendus à un restaurant situé dans une roseraie en fleur. Nous avons pu y déguster de nombreux plats locaux dans une atmosphère très paisible. Les menus étant en Indonésien, choisir son plat consistait à taper des noms de la carte sur internet pour voir à quoi ils ressemblaient.

51804065_805290093151899_5630893921115570176_n.jpg

Malgré ces choix à l'aveugle nous n'avons pas été déçus, loin de là, et certains ont même re-commandé plusieurs fois. Nous avons ainsi pu tester entre autres le jus de carambole, les oeufs frits, des cuisses de poulet avec une sauce sucrée, des soupes de nouilles accompagnées de divers légumes et viandes, des bananes frites au sucre, ...

C'est le ventre bien rempli que nous nous sommes alors rendus à notre destination suivante : un des volcans qui entourent la ville. Malheureusement notre séjour au restaurant s'étant éternisé, nous n'avions plus le temps d'aller visiter le volcan (la nuit tombant à 18h30), d'autant plus que les gens à l'entrée du parc nous ont prévenu qu'"a pied c'est dangereux, il y a trop de tigres". Définitivement, les Indonésiens n'ont pas les mêmes problèmes que nous.

Nous nous sommes donc repliés sur la visite des champs de thé voisins, qui a rapidement du s'effectuer sous la pluie.Les champs étaient plein de papillons et de libellules, et de manière générale la nature ici regorge d'animaux dans des proportions bien plus importantes qu'en France, pour notre plus grand bonheur.

Nous avons ensuite dû repartir le long des routes de montagne à pied dans l'espoir de se rapprocher d'un endroit d'où nous pouvions appeler un GO-JEK (Uber local). Après quelques kilomètres, et alors que la nuit venait de tomber, nous nous sommes rabattus sur les conseils d'un agent de circulation sur une navette inter-cités, un genre de van sans porte arrière ni ceintures, où les sièges sont remplacés par des bancs parallèles à la route.

Ce fût une expérience très différente des transports tels que nous les connaissions. Le chauffeur fumait au volant, ce qui à fait que notre air était par moment constitué d'un mélange de fumée et de gaz d'échappements, chaque pente nous faisait glisser vers le fond ou l'avant du van, et nous avions peur à chaque virage un peu brusque de tomber du van (pour rappel : pas de portes à l'arrière).

Nous nous sommes ensuite tous retrouvés dans un restaurant sur les hauteurs, où nous avons pu profiter sur une sorte de balcon couvert d'une vue sur la vallée en contrebas, régulièrement illuminée par l'orage (Ici c'est la fin de la saison des pluies).

Le lendemain, Diane-Charlotte, Rohan, Mathieu et moi sommes encore allés visiter le quartier Art-déco de la ville, puis nous avons repris la route vers Jakarta..

Ayant été retardés par les bouchons sur la route, nous avions décidé de manger dans le grand centre commercial à l'arrêt du Big Cab. Peut-être qu’on vous racontera cette histoire un jour.

signé : Julien

Bastien Mullerbandung, weekend