Comment qu'on est parti

Bienvenue, honorable lecteur, sur cette page qui est la première de notre récit. Tu crois que c’était simple d’en arriver là ? A l’autre bout du monde rien n’est simple.

D’abord, il a fallu se faire un sac avec de quoi couvrir son corps pour 6 mois, sur une gamme de 5 à 30°C, pour un taux d’humidité de 10 à 90 %. Et couvrir son corps, ça ne veut pas exactement dire la même chose pour les gens de Jarkarta et ceux de Rio … Mais comme on est des gens très organisés, tout s’est fait impeccablement deux heures avant le départ, avec tout le bazar de tout le monde dans la même pièce. Les pantalons de Mathieu ont peut être été confondus avec les chaussettes de Bastien, mais chut, personne ne s’en est encore rendu compte.
Ensuite on a fait un peu dodo, mais pas beaucoup et hop ! On est parti pour le périple des 24h de voyage. La logistique est ex-tra-or-di-naire. Personne ne perd ses papiers (+10 points pour Gryffondor), les bagages passent tranquillement sans qu’on paie de surplus, et l’escale à Doha se passe peut être en courant, mais à peine. Must do du voyage : regarder les films de Hugh Grant en savourant les nouilles végés de Qatar Airways <3

Hé là bam ! On atterrit ! Personne n’est très frais, sauf Nicolas qui garde son teint de pêche en toutes circonstances (et aussi parce que c’est le seul qui s’est pas enfilé 10 films dans l’avion). C’est le moment adoré, que dis-je, glorifié du passage de douane pour montrer nos jolis v i s a s 

On sait que vous avez très envie de savoir, alors on va vous raconter toute l’histoire. Certains ont bien bien galéré pour obtenir le petit bout de papier sacré, avec trois allers retours à l’ambassade et deux mille tonnes de paperasse nécessaires, dont un test sanguin et une rédaction de 15 pages en indonésien. Jérôme et Nicolas, eux, sont arrivés comme des fleurs à la frontière, et ont eu leur visa en 2min15. Depuis, tout le monde les déteste.

En tout cas on passe la police avec un peu de frayeur, mais tout est maîtrisé. On récupère les visas, on croit que c’est bon mais non non non. Votre très chère rédactrice, qui est quelqu’un de naturellement très douée, a donné une mauvaise horaire d’arrivée aux personnes de l’asso, qui sont censés venir nous récupérer. A tous les enfants qui nous lisent, apprenez très vite la différence en anglais entre pm et am, ça pourra vous être utile plus tard.
Mais bon, 3francs6sous est un groupe de gens très cools, alors personne ne me crie dessus (sinon j’aurais fait la technique de me mettre à pleurer, taux de réussite 100%). On attend sagement les 3h et on embarque dans les ubers locaux. Là je détaillerai pas pour pas que ma mère soit au courant qu’on a failli mourir environ 21 fois, mais laissez moi vous dire que la conduite en Indonésie c’est pas praticable pour l’européen moyen. Le chauffeur nous apprend les bases de la langue, on vous fera un tuto. En tout cas, on est arrivé sain et sauf dans la merveilleuse association qu’est KDM. Que s’est il passé ensuite ? La suite au prochain épisode !

signé : Eve-Line



Bastien Muller