Moments bucoliques à Iguazu

Le jeudi 30 mai, après 20H de bus depuis Porto Alegre, la fanfare 3Francs6Sous débarque à Foz do Iguaçu. Nous nous installons tranquillement dans notre nouvelle maison. Comme on trouvait la décoration pas assez personnalisée, on décide de la rendre plus cosy en nous lançant dans une production industrielle de linge propre. Tout le monde y passe, et nous tentons par la suite des techniques de séchages plus ou moins conventionnelles, rendant l'évolution dans notre nouvel environnement ardue.

Voici venu le moment de notre jeu-concours ! Saurez-vous attribuer chaque vêtement à son propriétaire ?

Par la suite, plusieurs équipes se forment, réparties en plusieurs missions : recherche de supermarché, démarchages de contrats, ou encore sieste. Tout est bien qui finit bien, à midi tout le monde se retrouve autour d'un bon repas préparé par notre chef attitré, un potentiel contrat pour le lendemain (finalement sans suite, mais il avait le mérite d'exister!), et quelques heures de sommeil en plus. Nous avons même l'occasion de déguster un gâteau aux carottes fait maison pour le goûter, spécialité du Brésil.

En fin d'après-midi, une délégation composée d'Eve-Line, Bastien, Mathieu, Adrien, Nicolas et Rohan défie l'espace-temps en se rendant au « Marco das três fronteiras », point de liaison du Brésil, de l'Argentine et de l'Urugway. Ils assisteront à un coucher du soleil, avec, et oui monsieur, vue sur les fleuves Rio Iguaçu et Rio Parana délimitant les trois pays. Happés par la nuit et tiraillés par la faim, ils rentreront cependant avant les démonstrations quotidiennes de danses proposées sur place, car « c'était long, il fallait attendre ».

Image inédite de ces joyeux lurons dans la fleur de l’âge

Image inédite de ces joyeux lurons dans la fleur de l’âge

Pendant ce temps, Nathalie et Diane-Charlotte partent à l'assaut de la ville, tandis que Jérôme et Rémi profitent de leurs nouveaux appartements.

La soirée se terminera pour les plus courageux autour d'un film (L'échange avec Angelina Jolie. La rédaction vous le conseille si vous êtes un peu trop heureux. Avec une caipirinha maison, c'est le must!)


Le lendemain, c'est le grand départ pour les activités célèbres de la région ! Youpi !

Tandis que Rémi, Jérôme et Bastien restent en ville pour se reposer et composer, le reste du groupe part à la découverte des oiseaux/reptiles/papillons de la forêt tropicale en visitant le « Parque das Aves » ou parc des oiseaux en français. Ibis flamboyants, toucans mystérieux ou encore perroquets multicolores nous occupent pendant plusieurs heures, avant que nous nous rendions dans le célèbre parc naturel à proximité.

Laquelle de ces espèces ne pourrez-vous pas trouver à l’état sauvage dans la forêt tropicale ?


Après un copieux pique-nique, nous montons dans un bus qui nous amène vers le circuit permettant de nous approcher des célèbres chutes. Une fois sur place, on est tous très impressionnés, en particulier par la largeur de ces cascades.

bChutesBrésil.jpg

La météo n'est pas vraiment au rendez-vous, mais qu'à cela ne tienne ! Nous nous élançons dans le circuit profitant des vues plus belles et impressionnantes les unes que les autres, croisant, si ce n'est des jaguars sauvages comme indiqué sur les panneaux à l'entrée, des coatis très intéressés par toute forme de nourriture.

On finit par voir les chutes de très (très) près, en empruntant à la fin de notre visite une passerelle amenant directement au pieds des chutes, nous permettant à la fois de marcher sur le fleuve et de prendre une bonne douche par la même occasion. Que demande le peuple ?

Nous repartons trempés, mais heureux.


Nous avons dit adieu à nos derniers vêtements secs restants pour prendre cette photo

Nous avons dit adieu à nos derniers vêtements secs restants pour prendre cette photo

Nicolas testant son premier prototype de séchage textile révolutionnaire, à base de tauromachie avec les bus. (Mais chut, on ne vous en dira pas plus, un brevet serait en cours…)

Nicolas testant son premier prototype de séchage textile révolutionnaire, à base de tauromachie avec les bus. (Mais chut, on ne vous en dira pas plus, un brevet serait en cours…)

Le soir, nous partons pour une manche, transformée en répétition où on donne tout pour ambiancer les 3 personnes présentes et n'ayant rien demandé (on a eu droit parfois à des applaudissements, on en a déduit qu'ils étaient consentants).


Jour 3 à Iguazu. C'est le jour DU PASSAGE DE LA FRONTIÈRE ARGENTINE ! Hé oui, ce jour tant attendu, celui de notre première frontière terrestre, est enfin arrivé. La colonie 3Francs6Sous est prête à passer en Argentine, à l'aide d'un minibus réservé pour l'occasion. Tout se passe bien, on ne verra même pas les douanes ayant donné nos passeports au chauffeur (en espérant qu'il ne nous garde pas en tant qu'esclaves), qui est allé régler les différentes démarches pour nous.

Nous arrivons à Puerto de Iguazu. La ville est toute de rouge, maisons, terres, goudrons ; quoi qu'un peu déserte. Ça nous change du Brésil !

Nathalie, Mathieu, Rohan, Adrien, Bastien, Rémi et Diane-Charlotte se lancent à la recherche de d'argent liquide et de cartes sim. Première déception de la journée : les frais de retraits avec nos cartes internationales sont très élevés. Presque 10 % du montant global ! Deuxième déception : il semble beaucoup plus compliqué d'obtenir un forfait que dans les pays précédents (mais à force de persévérance, Bastien sera le premier d'entre nous à se reconnecter au monde).

Le groupe trouve un restaurant où il apprend une nouvelle coutume locale : étant en veille d'élections nationales, la vente d'alcool est prohibée à partir de 20H.


Le deuxième jour argentin, Eve-Line, Nicolas, Adrien, Rohan, Mathieu et Diane-Charlotte retournent voir les chutes, mais du côté argentin cette fois ci. Le soleil est présent, et nous voyons des arcs-en-ciels à tout va. C'est très beau. On essaie tant bien que mal d’éviter les coatis, en particulier lors de la pause midi où nous devons manger en cage pour ne pas nous faire assaillir de toutes parts. Les circuits proposés à travers le parc sont nombreux, et il est même possible de prendre un petit train allant à la vitesse de l'éclair. On apprend beaucoup de choses lors de cette journée, sur le fleuve et ses habitants.

L’image en dessous est en fait un diaporama ! Cliquez dessus pour voir de nouvelles photos apparaitre.

Le saviez-vous ? L’eau des chutes est trouble depuis une vingtaine d’années à cause de la déforestation. En effet, en l’absence d’arbres, la terre n’est plus protégée et est emportée dans le fleuve par la pluie, apportant de gros changements d’environnement pour les poissons présents dans le fleuve.

Le saviez-vous ? L’eau des chutes est trouble depuis une vingtaine d’années à cause de la déforestation. En effet, en l’absence d’arbres, la terre n’est plus protégée et est emportée dans le fleuve par la pluie, apportant de gros changements d’environnement pour les poissons présents dans le fleuve.

Le soir, nous dégustons un très bon repas préparé en grande partie par ceux restés en ville.


Le troisième jour, un groupe d'aventuriers composé de la moitié de la troupe se lance dans une traversée de 24h de bus afin de rejoindre Salta. Ceci, n'est pas leur histoire. Ni celle des autres d'ailleurs.

Sachez-juste que le premier groupe aura eu un léger soucis technique avec leur premier bus, mais que tout est bien qui finit bien, et que le second groupe n'aura pas fait grand-chose, à part une tentative ratée d'assister à un spectacle de danses au point des trois frontières argentin, et des parties endiablées de « codes names ».


Signé : Diane-Charlotte


Bastien Muller