Honk! POA

C’ETAIT TROP BIEN DE BIEN

Parce que du coup oui, après notre intense week-end à la Verada Cultural et nos quelques jours de repos à Florianopolis (ville côtière avec de très (très) jolies plages et des vagues immenses), on est arrivé au sud du Brésil, à Porto Alegre pour participer à leur premier Honk !

Le « Honk! » c’est un festival activiste de fanfares de rues. Ce mouvement de « neofanfarras » est né aux Etats-Unis et s’est ensuite propagé au Brésil depuis 4 ans seulement. D’abord à Rio, et maintenant dans de plus en plus de villes brésiliennes : Brasilia, Sao Paulo, maintenant Porto Alegre et bientôt Belo Horizonte. Ce festival a vocation à faire découvrir l’art de rue en le mettant à portée de tous, et se veut comme un moteur de transformation sociale.  Ainsi à Porto Alegre de nombreux ateliers et interventions ont été réalisées pour ouvrir des discussions sur les femmes dans la musique. Par ailleurs de nombreux groupes artistiques autres que des fanfares étaient présents : groupes de cirques, de samba, de danses.

On a pu être hébergé pendant tout notre temps à Porto Alegre chez des gens qu’on pense être les plus gentils du Sud du Brésil, qui faisaient partis de fanfares et blocos locaux. Certains d’entre eux étaient même des excellents danseurs de forro, et ils ont emmenés le jeudi quelques élèves motivés danser avec eux à un concert de forro.

Le Honk commençait le vendredi soir où les fanfares invitées enchaînaient des sets de 30mn entre 20h et 3h : on a pu y découvrir notamment l’exceptionnel Cosmobloco de Porto Alegre, et y réécouter des fanfares top top de Rio et Sao Paulo (Unidos do Swing, Fanfarra Black Cube). Pour notre set on s’est maquillé la tête à moitié pour être des gens plus beaux encore, et avoir un style (mais ça grattait la peau par contre). L’ambiance, la musique et les spectacles étaient incroyables, notre set était enflammé puis avec la mer en face de nous c’était très joli.

Le samedi les fanfares étaient réparties dans différents spots : nous étions à Vila Planetario avec une communauté qui nous a accueilli, et on a pu échanger. Deux autres fanfares étaient avec nous : les Obsenicas (fanfare 100% féminine de Sao Paulo) et Crispy Rio Brass Band (fanfare de Rio qui joue du Hip-Hop et RnB). Du fait de la soirée un peu intense de la veille, la matinée était un peu difficile mais l’après-midi nous avions retrouvé notre énergie après un délicieux repas préparé par la cuisinière de la communauté. On a pu découvrir d’autres groupes (danse, samba…) et discuter avec les personnes réunies. Le soir une soirée était organisée avec tous les participants du Honk, et on a pu écouter des groupes de musique locaux.

Le dimanche c’était le grand défilé de clôture du Honk dans le centre-ville historique : ça commençait en tout début d’après-midi. Fanfares et blocos locaux et invités s’enchaînaient avec un cortège qui a traversé la ville. Il y avait un air de carnaval avec tous les participants déguisés, et les groupes de cirques dansant sur leurs grandes échasses. On a joué en début de soirée, en avant dernier, avec notamment un Brooklyn infini de solos de fanfarons du public. Et puis c’était la fin du Honk était là. Enfin officiellement. Puisqu’il y a le traditionnel « crack » : tout le monde joue « en même » temps des morceaux connus par tous. Le nom « crack » est donné en analogie aux drogués, puisque ceux qui y participent sont ceux qui veulent, après un si gros week-end de fanfare, encore jouer jusqu’à n’en plus pouvoir. Ce moment plein d’émotion a été arrêté par la pluie et la police vers 1h de matin.

Bref voilà on était heureux, c’était incroyable.

On est resté deux jours après à Porto Alegre pour se reposer, visiter et répéter. Prochaine étape : Foz d’Iguaçu et les chutes mythiques !

Nathalie, un peu en retard.

Bastien Muller